Une opinion tranchée sur les formats de rétro.

Voici une opinion bien tranchée sur les rétrospectives, que je donne après en avoir suivi et animé des dizaines dans différents contextes, et après avoir échangé des collègues qui sont du même avis.

Garder le même format à chaque sprint

Garder le même format à chaque sprint permet aux participants de se concentrer sur le fond (les points d’amélioration) et non sur la forme. Les membres de l’équipes ont leurs repères, visualisent comment amener les points qu’ils ont repérés pendant le sprint, voire même revoient la rétrospective précédente et ses actions.

Changer de format à chaque sprint crée une habitude de l’imprévisibilité, chaque rétro est une découverte, sans repères pour les participants. On perd du temps en discussion sur la forme, les participants ne savent où et comment remonter leurs idées, etc…

Briser la routine de temps à autre avec un format différent est intéressant, mais cela doit être exceptionnel, par exemple tous les quatre ou cinq sprints. L’effet positif de la nouveauté ne peut être ressenti que s’il y a une routine à briser.

Rester sur les classiques

Je préfère les formats simples et classiques (type KALM, ou 4L, qui d’ailleurs se ressemblent beaucoup). Ils sont faciles à comprendre, permettent aux participants de remonter toute sorte de choses (problèmes, suggestions, améliorations, blagues…) et peuvent être adaptés en direct en ajoutant des votes, des étapes, ou en timeboxant si besoin.

D’ailleurs, un autre inconvénient du changement de format régulier est que l’on tombe parfois sur des formats qui ne permettent pas tous les types de retours, ou pas facilement, ou qui peuvent paraitre infantilisants (voir par exemple la montgolfière ou les petits cochons) (mais peut-être que c’est moi qui suis ennuyeux ?).

Historisation

Toutes les rétrospectives devraient être sauvegardées (dans le wiki de l’équipe ou outil équivalent), et on devrait commencer chaque séance en projetant la rétrospective précédente pour vérifier que les actions ont bien été menées, que l’équipe a progressé.

Le rappel permet également de renforcer le sentiment de continuité : on progresse de semaine en semaine, on se souvient d’où on en était avant, et en quoi c’était moins bien.

En résumé, un animateur de cérémonies doit mettre en place une routine de l’amélioration continue, ce qui passe par de la stabilité, de la simplicité et du suivi. Il peut amener de l’air en changeant parfois les choses, mais cela ne peut être intéressant que s’il y a une routine à briser.