Archives mensuelles : février 2013

On gère ce que l’on a

Quand on est responsable d’un projet, on doit gérer ce qu’on a.

On peut se dire que si le projet avait mieux été rédigé, avec plus de tests, un peu plus de savoir faire ou un peu moins d’over-engineering, tout irait mieux. Mais il est comme il est.

On peut se dire que ce serait bien de ne pas avoir de conflits de micropouvoirs, d’avoir des partenaires plus méticuleux, plus compétents, plus professionnels, plus impliqués, ou moins débordés. Mais c’est avec eux qu’on travaille.

On peut aussi maudire la politique rigide de la boite avec ses process et ses documents, on peut critiquer son client, trop indécis, pas assez ou trop impliqué dans le projet.

Quand on est responsable, à tout niveau (du développeur au PDG) et tous les domaines, on gère des situations, que l’on a pas contrôlé dès le départ. On doit faire du mieux que l’on peut avec ce que l’on a, et l’énergie et les compétences que l’on a à ce moment.